Le souffleur inquiet, édition augmentée, Ed Espace Nord, 2012

Extraits :

Quand il est respecté à hauteur de ses possibles, le théâtre est un souffle continu, il nous déplace en permanence sur la scène de vie, il questionne l’humanité en nous, il inter- roge le vivre ensemble et les secrets de nos actes. Il est bien ce miroir qui capte le corps et la conscience de qui s’y livre.

Sa puissance n’est pas feinte. Mais le théâtre a perdu depuis longtemps la centralité sociale qui fut la sienne dans les temps passés. Il se déploie aujourd’hui entre une capacité d’ébranlement intacte et une difficulté à imposer sa légitimité dans le devenir médiatique du temps.

À elle seule, cette contradiction majeure suffirait à justifier un retour du théâtre sur lui-même, une prise de distance, une réflexion. Que fait-on quand on le fait et comment le fait-on? Quelle légitimité le «vivant» du théâtre (c’est-à-dire l’acteur et le spectateur mis en présence réelle), trouve-t-il dans un monde d’images, d’ordinateurs, de communications planétaires? Comment concevoir le geste théâtral au mieux de ses possibilités? Comment le fabriquer, selon quelles lignes de forces, dans quelle logi- que, avec quelles perspectives? Comment envisager le rapport au public ? Ces questions ont été les miennes dès mon entrée en théâtre, elles me préoccupent aujourd’hui encore. Au fil des ans, elles se sont incarnées dans des objets d’analyse divers, allant de l’opéra, au jeu de l’acteur, en passant par l’exploration des formes théâtrales du passé et l’écriture. C’est en praticien du théâtre que je me les suis posées, comme dramaturge-écrivant, collaborateur du metteur en scène d’abord ; plus tard, comme dramaturge- écrivain parlant en mon nom. Dans les deux cas, j’avais besoin de savoir dans quels contextes, pourquoi, pour qui faire mon travail. En passant d’une position de commen- taire à une position de création, j’ai obéi à la même néces- sité: celle d’ancrer mes pratiques dans une vision du théâtre comme art du présent, au présent.

Le volume qui suit reprend quelques articles de fond que la revue «Alternatives théâtrales» a publiés en 1984, sous le titre «Le souffleur inquiet». Des textes récents, publiés dans différentes revues françaises, québecoise et belges y ont été ajoutés. L’ensemble ainsi constitué redes- sine l’identité du théâtre aujourd’hui, pointe ses transfor- mations et interroge la façon dont les pratiques incarnent ces changements.

site by tchiktchak