Un soldat considéré comme déserteur parce que parlant une autre langue que ses supérieurs n’arrive pas à expliquer son absence au combat. Il est mis à mort. Le texte n’est pas explicitement situé, même s’il trouve son point de départ dans des événements qui se sont produits lors de la première guerre mondiale.

Souffle coupé

2002, publication in Alternatives Théâtrales n°75, déc. 2002

2001, Mise en ondes par France-Culture au Festival de Pont-à-Mousson par Claude Guerre

site by tchiktchak