Julien : Le loyer ! Pourquoi tu me parles du loyer? Est-ce qu’on doit courir toute sa vie après un loyer? Et les portes du ciel alors? Et la pensée inouïe? Et grimper? Et briller? Celui qui baisse la tête, il est déjà mort, faudrait s’en souvenir !

extrait de Café des patriotes (Fiction)

Le souffleur inquiet, édition augmentée, Ed Espace Nord, 2012 Extraits : Quand il est respecté à hauteur de ses possibles, le théâtre est un souffle continu, il nous déplace en permanence sur la scène de vie, il questionne l’humanité en nous, il inter- roge le vivre ensemble et les secrets de nos actes. Il est […]

extrait de Le souffleur inquiet (Non-fiction)
Emballez, c’est pesé
J’ai longtemps vécu dans une maison qui n’existe plus.

Jean-Marie Piemme

CUL ET CHEMISE
site by tchiktchak