Donc l’homme mort marche dans le noir avec le solo de trompette qui frappe les parois de son crâne, et dans le fond de l’oeil, il y a encore le sexe de la dernière femme qu’il a prise. On dirait qu’il cherche à dire quelque chose, le mort.

Ventriloque

(texte bref)

1998. Editions Paroles d'Aube

1998. L’adieu au siècle, Grenoble

  • Msc : Jean-Claude Gallotta
  • 1999. Représentations à Douai et Pont-à-Mousson

Mise en ondes par France-Culture

site by tchiktchak